Nous aurions plaisir à lire quelques lignes, de vous , que nous ne connaissons pas mais qui pourtant avez passé quelques minutes chez nous. Beaucoup de passages sur le blog, mais peu de commentaires, dommage ...ne soyez pas de simples consommateurs, écrivez nous!










lundi 8 février 2010

AVATAR

Un avatar est l'incarnation d'un dieu (plus spécifiquement Vishnu) sur Terre dans l'hindouisme ;
Le mot avatar est surtout employé dans le sens de transformation, métamorphose (Wikipedia)



Mais ici c'est du film de James Cameron dont nous parlons.
Synopsis : Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Parce que l'atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des " pilotes " humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l'ADN humain avec celui des Na'vi, les autochtones de Pandora.Sous sa forme d'avatar, Jake peut de nouveau marcher. On lui confie une mission d'infiltration auprès des Na'vi, devenus un obstacle trop conséquent à l'exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très belle Na'vi, sauve la vie de Jake... (Allo ciné) .
La conception d'Avatar débute en 1994, lorsque Cameron écrit un script de 80 pages pour le film. Le début de la réalisation devait commencer en 1997, après la sortie de Titanic, mais d'après Cameron, la technologie nécessaire pour réaliser son film n'était pas encore disponible . Le travail repris plus de 10 ans plus tard, au cours de l'été 2005 et Cameron recommença à développer le script et son univers de fiction (film sorti en 2009).
Ce film est l'un des plus coûteux de toute l'histoire du cinéma
. (Wikipedia)

Enfin donc, nous avons pu trouver des places samedi soir pour nous rendre compte par nous mêmes de ce grand succès de la plus grande machine de propagande américaine: le cinéma.

Bon on a beau avoir son opinion sur la propagande on a tout de même bien le droit aussi d'aimer le grand spectacle, le rêve, la créativité, la beauté, l'utopisme, une certaine idée du merveilleux, du rêve, des contes....

Bref nous avons trouvés que le scénario en soi, ne cassait pas "trois pattes à un canard" et même était peut-être assez inspiré d'autres films et de leurs thêmes:

On débute par: You're not in Kansas anymore! »- aura sonné pour certains comme une punch line burnée de plus, elle provient pourtant du mythique Magicien d'Oz. Une citation qui tient autant du dialogue culte que de la private joke: un petit clin d'œil du réalisateur à son ami Bill Paxton qui, lorsqu'il découvrira pour la toute première fois le Titanic lors d'une expédition sous-marine, s'étonnera en reprenant les paroles de Dorothy (visible dans Les Fantômes du Titanic). Mais James Cameron ne s'arrête pas là puisqu'il brasse à tour de bras quelques grandes références qu'il se réapproprie assez légitimement(Pocahontas, Magicien d'Oz...). L'autre grande influence est assurément le manga: si dans un premier temps la ressemblance entre Avatar et l'œuvre de Hayao Miyazaki saute aux yeux (Nausicaä, Le château dans le ciel, Ponyo sur la falaise...), c'est chez Mamoru Oshii qu'il faut jeter un coup d'œil. Car tous deux (le nippon et l'américain) vouent le même culte à quelques lectures de jeunesse. A commencer par celles des textes de Philip K. Dick: lorsque Ghost in the shell sera hanté par le Blade Runner de Ridley Scott, on reconnaitra quelques traits d'humanisation du robot chez Cameron au travers de son diptyque Terminator .

Avatar s'intéresse aussi à la colonisation d'un nouvel univers et son auteur est bien au rendez-vous pour en souligner les dérives: s'il évoque brièvement la mise en place d'un système éducatif pacifiste qui tourne mal (l'évangélisation décrite dans le Mission de Roland Joffé), il aborde beaucoup plus sérieusement l'extermination systématique des races indigènes et la destruction des cultures. Difficile alors de ne pas penser à Danse avec les loups et ce même si Cameron réfute le parallèle qui puisse être fait entre son film et toutes les invasions meurtrières de l'histoire (que ce soit la conquête de l'Ouest ou quelques conflits plus récents en Moyen-Orient). Une association pourtant pas anodine puisque Costner, tout comme Cameron, contait l'exaltation face à un nouvel environnement doublée d'une idylle sur fond de colonialisme.

Depuis quelques temps déja les Etats unis se préoccupent beaucoup de la planete, de la pollution, du bonheur des populations. Oui on peut le remarquer dans différentes séries et ici dans le film de Cameron nous avons été tout de même très interpellés sur l'attitude de cette compagnie américaine prête à exterminer cette population et à réduire à un désert cette planète afin d'exploiter à fond les ressources énergétiques, le tout appuyé par des G.Is qui ne sont pas là pour sauver le monde mais plutot bien pour le détruire. C'est quand même très nouveau tout cela, non?. Ce qui m'interpelle c'est: pourquoi dans les faits les Américains ne ratifient pas grands traités destinés à ralentir la destruction de la planète de notre monde réel ad hoc. Pourquoi le dire de plus en plus dans les films, et ne pas le faire réellement? Propagande encore afin de laisser croire qu'ils vont sauver notre planète et en sont les plus grands protecteurs? Difficile de s'y retrouver.

J'aime bien aussi l'idée des femmes fortes dans les films de Cameron: Sarah Connor dans Terminator, Ripley dans Alien(interprété par Sigourney Weaver que l'on rtrouve dans Avatar). L'héroïne de Titanic... Il a vraiment bon goût cet homme!

Bon mais allez y quand même car: "On croit que les reves, c'est fait pour se realiser. C'est ça, le problème des rêves , c'est que c'est fait pour être rêvé". Coluche

Par contre ces Nav'is doivent vraiment avoir une grosse consommation électrique qui doit fait le bonheur de "l'EDF local"et de leur PDG :). A moins qu'il ne soit déja passé aux LEDs!!!


2 commentaires:

Elizzz a dit…

Coucou !
J'ai aussi vu Avatar récemment et ça ne m'a pas dévastée. Le scénar est vraiment pas très recherché mais c'est du grand spectacle...
Ta critique est très intéressante.
J'aime aussi les personnages féminins chez Cameron. C'est toujours les personnages féminins les plus forts chez lui...

Bisous

Elise

patrice a dit…

Bonsoir...

Article intéressant sur Avatar... même si je ne suis pas convaincu par tous tes arguments... (sinon je ne posterais pas un commentaire, hein?).

En particulier sur l'opposition entre la "propagande" américaine et leur attitude réelle.

La situation d'occupation vue dans Avatar ressemble tellement à ce qu'on observe au moyen orient, que j'y vois plutôt un moyen de dénoncer discrètement l'attitude Américaine dans le monde réel... Ça sonne même comme un appel à la désobéissance, non?

patrice, chez lacouture, point nom, point fr